RMI : comment réduire l'allocation chômage !

Publié le par Hugues

Toujours plus d’érémistes

 

RMI. De moins en moins de chômeurs sont couverts par l’assurance chômage.

Quand on baisse les droits des chômeurs aux ASSEDIC, on augmente le nombre d'érémistes ! Ce mécanisme est une nouvelle fois illustré par les derniers chiffres sur le RMI, publiés vendredi par la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF). En 2005, le nombre de « bénéficiaires » du revenu minium d'insertion (433 euros par mois pour une personne seule) a augmenté de 50 000 personnes. Il s'élève fin décembre à 1 112 400 personnes, soit une progression de 4,7 % sur un an. Si l'on prend en compte les départements d'outre-mer, le total est de 1 266 400 érémistes (+ 4,2 %). Les versements ont représenté un montant de 5,71 milliards d'euros en 2005, en progression de 6,9 % par rapport à 2004.

En 2004 déjà, le nombre d'allocataires avait explosé de 4,2 %. « Malgré l'amélioration du marché du travail que re­flète la baisse continue du chômage depuis mai 2005, le nombre d'allocataires du RMI continue de progresser » constate la CNAF. Ce paradoxe apparent reflète les effets à retardement de la convention UNEDIC signée fin 2002, qui a raccourci les durées d'indemnisation aux ASSEDIC. Une partie seulement des chômeurs en fin de droits peut toucher l'allocation spécifique de solidarité (ASS), une autre bascule dans le RMI, une autre n'a plus droit à rien. En conséquence, la couverture des chômeurs par l'assurance chômage se rétrécit comme peau de chagrin. Le pourcentage de chômeurs indemnisés (ASSEDIC ou ASS) a chuté de 60,8 % fin 2004 à 58,4 % fin 2005, souligne la CNAF. Il était encore de 63,9 % fin 2003.

Fanny Doumayrou

In L'Humanité, 13-03-2006.

Pour consulter l'étude de la  CAF sur le nombre d'érémistes, cliquez ici.

Publié dans Lu dans la presse

Commenter cet article